Leçon n°1 : introduction à la cinétographie Laban : GÉNÉRALITÉ
À quoi ressemble une partition ?

La partition ci-contre, qui se lit de bas en haut, représente les mouvements effectués par une personne ou par une groupe de personnes (ici, 8 personnes, précisé par le chiffre entouré en bas de la partition).

Avant de comprendre comment ces mouvements sont analysés, il faut identifier les éléments qui constituent cette partition, appelée également un cinétogramme.

illustrations : extrait de Lied Ballet, chorégraphie : Thomas Lebrun, 2014 ; cinétographie Laban : Raphaël Cottin © CCNT/T.Lebrun/R.Cottin

On distingue :

En rose, LA PORTÉE.

Verticale, elle contient les informations de mouvements.​ Une portée correspond à une personne ou à un groupe de personnes effectuant les mêmes mouvements. On trouvera donc parfois plusieurs portées côte à côte pour écrire les mouvements différents de plusieurs personnes ou groupe de personnes en même temps.

La portée est présentée en détail dans la leçon n°2 ;

En vert, LES SIGNES DE DIRECTION ET DE ROTATION.

Ce sont les principaux symboles utilisés dans le système de notation Laban.

Leur forme et leur motif indiquent une direction dans l'espace ou un sens de rotation. La place qu'ils occupent dans la portée renvoie à une partie du corps et indique à quel moment se situe cette prise de direction. La longueur du signe varie en fonction du temps ; elle précise ainsi la durée de l'action.

Ces symboles sont présentés en détail dans la leçon n°3 ;

En jaune, LES SIGNES DE RELATIONS.

Ces informations horizontales relient les éléments entre eux.​

Comme la portée se lit dans le sens vertical, ordonnant les signes de manière successive, les éléments horizontaux indiquent ce qui se produit simultanément. On les utilise aussi pour relier deux portées se déroulant en même temps. Différents arcs, aux formes variés, peuvent signifier "toucher", "prendre", "frôler", "porter" ou "s'adresser à" par exemple. Dans cet exemple, les deux coudes se touchent.

Les signes de relations sont présentés dans une leçon dédiée ;

En violet, LES SIGNES CORPORELS.

D'une manière générale, la place d'un signe dans la portée renvoie déjà à une partie du corps (cf. leçon n°2 sur la portée).

Selon le contexte, on peut aussi avoir besoin de préciser une partie du corps spécifique (comme ici une orientation particulière des paumes ou un mouvement des avant-bras).

On utilise ces signes pour préciser les parties du haut du corps lorsqu'elles sont en mouvement (la ceinture scapulaire, le buste, le tronc, la taille, etc.) ou les parties du pied en contact avec le sol.

Les signes corporels sont présentés dans une leçon dédiée ;​

En bleu, des signes complémentaires.

Ils ne sont pas catégorisés ici, pour ne pas trop complexifier la compréhension globale du système. Ils permettent d'indiquer l'amplitude d'un mouvement, de préciser un rapport entre deux personnes ou deux parties du corps, d'ajuster ou de faire dévier une direction, d'indiquer une dynamique particulière ou d'annuler une information donnée précédemment.

Ces signes sont présentés dans plusieurs leçons spécifiques.

Ill-web-CNEM-ht-de-page.png

© 2020. Créé avec Wix.com